Archives mai 2008

Le miroir du sextant

| 0 Commentaires | 0 Trackbacks
miroir.pngLe contour des cartes dépend des instruments de mesure dont le marin géographe dispose.  Lors des premiers tracés mes instruments consistaient en une simple cordelette, attachée à un petit cadre de bois, de cinq centimètres sur deux. 
Le kamal* ne me guidait qu'en latitude.
En dix ans, mes instruments se perfectionnèrent quand vint Al-Muquanta, astrolabe* de cuivre richement orné des astronomes de l'Islam. J'accédais ainsi au calcul de l'heure et au jour de l'année.  On traversa ainsi L'OCÉAN ATLANTIQUE et L'OCÉAN INDIEN.
Nous sommes sortis de la MER DE L'EXCLUSION sans cartes, et ce ne seront ici que des relevés subjectifs. 
Ne vous y fiez pas, tout est dans cette mer plus juste qu'ailleurs.
Heureusement, plus tard, le sextant des occidentaux et l'apprentissage de sciences presque exactes me permirent de relever avec exactitude la hauteur des dénis au dessus de l'horizon.
Aujourd'hui, l'ère est aux systèmes de navigation électronique par GPS et je me rangeais à l'ère numérique et à la toile pour terminer d'établir mes cartes marines de la mer des affaires"

La goutte d'or

| 0 Commentaires | 0 Trackbacks
Futur chapitre sur la toile:

Et bien sur, à part quelques prélèvement limités a quelques milliers de francs, distribués à nos collaborateurs pour primes, lors des emballages faits le dimanche pour l'export, tout l'argent liquide était déposé à la banque pour faire tourner l'entreprise.

Ecriture sur la toile

| 0 Commentaires | 0 Trackbacks
Projet :

La toile, le Web,  tenait la seule place en cabine de première classe dans ce voyage maritime.
Les premières lignes y avaient vu le jour, puis avaient vécu une adolescence solitaire dans les navigateurs. Les mots tentaient de crocheter les faits,  comme de grossiers hameçons en ferraille,  pour rendre compte,   par un clic, par un lien vers les pièces de preuves.

La toile était en 1999 aussi  peu fréquentée que le détroit de Magellan. Je  livrais pourtant  aux juges, mes lecteurs identifiés, l'hypertexte d'un compte rendu de règlement de comptes.
Des comptes trafiqués, dont Libération s'était fait l'écho.

Je me pris par nécessité plus que par jeu, à celui des juges, pour tenter de créer une forme d'écriture hybride, né d'un nouveau genre,  d'une assignation avortée.

Une plainte sans complainte, intriquant, au sens quantique, le papier numérique à celui de la toile qui pourrait révéler son aspect cellulosique. Le papier mit des années à s'encrer sur des hauts fonds sablonneux.

Restaient à finir l'histoire.  On termine - plus ou moins facilement - un roman en piochant dans le creuset de son imaginaire.  Mais dans un [Document] qui n'a pas, à cette heure tout au moins,  de vraie fin cohérente ou non,  imprimer fige les choses dans une posture d'un jour, une posture aléatoire.

Or l'arbre sur lequel poussent les mots doit grandir.  Tu ne dois pas retenir sa sève.
Regretter les lignes que tu n'as pas osé, parce que vaincu.
Tu dois pouvoir écrire cette qui t'expulsent encore du sommeil à peine retrouvé.

On verra ainsi naître sur la toile du Web de nouvelles pousses :  les phrases ravalées,  les métaphores en suspens,  la suite de la vie des acteurs de la pièce.
Les mots agglutinés en chapitres entiers sont désormais comme ces particules quantiques non localisées.  Ils se matérialisaient ici sur le papier, d'autres sur la toile.
Ils n'ont pas de place précise pour une production finale variable.
Ils peuvent se trouver ici, et pas là, ou bien ici et là.

Le papier que vous tenez entre les mains,
le livre numérique que vous tiendrez demain, peuvent les voir s'assembler de façon tout aussi improbable que les fils de ce récit.
 

À propos de cette archive

Cette page est une archive des notes de mai 2008 listées de la plus récente à la plus ancienne.

avril 2008 est l'archive précédente.

août 2008 est l'archive suivante.

Retrouvez le contenu récent sur l'index principal ou allez dans les archives pour retrouver tout le contenu.