Laser Économie
Martinique
Samedi 29 Novembre 1997

On nettoie les écuries d'Augias
L'ancien président du tribunal mixte de commerce de Fort-de-France, Maxime Guibert, mis à la retraite d'office à la suite d'une décision disciplinaire du Conseil supérieur de la magistrature il y a deux ans, est incarcéré à la prison de Baie-Mahault, en Guadeloupe, depuis le 21 novembre. Cet ancien juge, magistrat professionnel, a été entendu dans le cadre de l'enquête relative au plan de cession d'un restaurant au nom évocateur de Lady Créole et mis en examen pour faux en écriture, abus de biens sociaux et escroquerie.
L'un des associés de l'établissement avait porté plainte contre X en 1995, après avoir constaté que les formalités de création de la nouvelle société devant gérer le Lady Créole avaient été remplies par ... Maxime Guibert, celui-là même qui avait présidé à la décision du plan de cession. Les investigations du doyen des juges d'instruction de Guadeloupe, le juge Rousseau, installé à Basse-Terre, ont permis d'interpeller, au terme de deux années d'une enquête discrète et délicate, une dizaine de personnes en Martinique. Trois d'entre elles ont également été placées en détention provisoire, dont Claudette Alain, collaboratrice de Richard Vilanou, à ll'époque où il était administrateur judiciaire en Martinique.
De lourds soupçons pesaient, ces dernières années, sur le tribunal mixte de commerce de Fort-de-France, présidé par Maxime Guibert jusqu'en 1995. De nombreux chefs d'entreprise se disaient victimes des décisions rendues par cette juridiction, des critiques relayées par plusieurs avocats et par le conseil de l'ordre.
La situation était telle que l'actuel procureur général, Yves Charpenel, ainsi que lepremier président de la cour d'appel, Christian Audouard, avaient (enfin) estiméindispensable de nettoyer les écuries d'Augias, et de s'attaquer à des abus et àdes excès qui rappellent trop le temps des gouverneurs des colonies. A l'évidence,ce scandale ne contribue pas à donner une bonne image de la justice sous lescocotiers.
Tous droits réservés : Le Point
OE7B75185ECOB90901 OE1 B291A0391 FE91562E8FB992791345ED5B9 Dili. 396633 ex. (source OJD 2005)
17

Vilanou écroué le 11 Décembre 1997

| 0 Commentaires | 0 Trackbacks
©AFP Général -Jeudi 11 Décembre 1997 - 14:24 - Heure Paris (270
mots)
Réunion justice /
Mandat d'amener d'un juge de Guadeloupe à
l'encontre d'un administrateur judiciaire de la Réunion
SAINT-DENIS-DE-LA-REUNION, 11 déc
(242 MOTS)
Un administrateur judiciaire installé à la Réunion, Me Richard Vilanou, doit être
transféré jeudi soir vers la Guadeloupe à la suite d'un mandat d'amener délivré par
un juge d'instruction de Basse-Terre pour "complicité de trafic d'influence, de
corruption, de faux et d'usage de faux", a-t-on appris au parquet de Saint-Denis.
Me Vilanou a été présenté au procureur de la République de Saint-Denis,
Bernard Legras, jeudi en fin de matinée à l'issue de 48 heures de garde à vue à la
brigade financière .
Le procureur Legras lui a signifié le mandat d'amener délivré par le juge
Rousseau de Basse-Terre dans le cadre d'une enquête concernant une affaire
d'abus de biens sociaux au Tribunal mixte de commerce de Fort de France
(Martinique). Il doit quitter la Réunion dans la soirée accompagné des policiers de
la SRPJ d'Antilles-Guyane.
Plusieurs personnes dont l'ancien président du tribunal de commerce de Fort de
France, Maxime Guibert et une collaboratrice de Me Vilanou, Me Claudette Alain,
ont été placés en détention provisoire, en novembre, pour leur participation
présumée au plan de cession d'un restaurant martiniquais "Lady créole", a-t-on
appris de source informée. Avant de s'installer à la Réunion, Me Vilanou avait
ouvert un cabinet en Martinique.
II/mfr/nm
Tous droits réservés: ©AFP Général
B47215BA5F106F0751BD1C997B00513999768C8319AE7B3EB874BFB
17111
©AFP Général - Vendredi 29 Janvier 1993 - 17:19 - Heure Paris (310 mots) Reunion Justice
Inculpation d un administrateur judiciaire qui tentait de faire chanter le PCR SAINT-DENIS-DE-LA REUNION 29 jan -

Georges Barbe, administrateur judiciaire a la Reunion, a été inculpe vendredi de " corruption" et ecroue a la prison de Saint-Denis pour avoir tente d echanger des documents qu il jugeait"
compromettants" pour le PC Reunionnais contre une somme de 150.000 F.
M. Barbe, responsable de 1 antenne locale du cabinet de Me Richard Vilanou, installé a Toulouse, avait ete arrete jeudi par les gendarmes de la brigade de recherches de Saint-Denis, en flagrant delit, alors qu il tentait d effectuer la transaction avec le tresorier du PCR, dans un hotel de Saint-Gilles.
Ce dernier, Raymond Lauret, avait alerte le parquet de Saint-Denis qui a charge les gendarmes de mettre en place une souriciere. Ils ont arrete M. Barbe alors qu il recevait des mains de M. Lauret les 150.000 F en billets de 500 F. Les documents qu il avait dans une malette et qui, selon M. Lauret, ne representent " rien du tout" pour le PCR, ont ete saisis par les gendarmes.
Le procureur de la Republique de Saint-Denis Bernard Legras a indique vendredi que 1 inculpe a declare pour sa defense " avoir ete manipule par M. Lauret et ne pas avoir joue un role moteur " dans 1 affaire. " Des investigations vont etre menees pour savoir s il s agit d un acte isole" , a ajoute M. Legras, qui a precise avoir remis au parquet de Saint-Pierre les documents saisis sur M. Barbe.
Au cours d une conference de presse, le secretaire general du PCR, Paul Verges, a denonce la " lourde responsabilite " du ministre de 1 interieur, Paul QUiles, pour son recent refus d installer dans 1 ile un Service regional de police judiciaire (SRPJ) .
II/cgd idf-tom.
Tous droits réservés : ©AFP Général
9B76C52E5080DFOE51001CA9910F11399986F583D97176522D1A19F
17

Les pièces du dossier

| 0 Commentaires | 0 Trackbacks
Les pièces sont classées par catégories.
Les pièces majeures

[Extrait du Tango] Le pôle financier

A quelle date a été créée l'entreprise, quel est son nom ?
Echosynthèse, créée en 1987 avec 50 000 F, puis le capital passe à ....
La substitut de la doyenne des juges d'instruction du pôle financier parisien me coupe.
Il y a qui comme actionnaires ?
Je réponds, le holding FIM créé lors du rachat
Je passe sur cette heure passée à ne répondre à rien.
Il y a une base de données dans laquelle...
Ne répondez que lorsque je vous interroge, coupe-t-elle exaspérée. Ne répondez qu'à mes questions.

Je pose sur la table devant moi les quelques pièces de preuves, les piquets sur lesquels j'ai tendu la toile de ma plainte sur CDRom.

Mais la table est petite, et me voilà vite face à des problèmes techniques.
Pas de bugs dans les bases de données que j'ai mis en ligne, pas de rupture dans le serveur.
Mais là des papiers mélangées qui tombent, de gauche, de droite, et la juge d'instruction de me demander des dates précises pour
chacune de mes assertions, avant de dicter à la greffière, dans ce système archaïque et inefficace.

Comment connaîtrais-je toutes les dates par coeur ?
Je pense à ma galette de polymère pesant quelques grammes dans lequel tout figure, à ma base de données disponible sur le Net, là,
maintenant, tout de suite, à la soi-disant  "oeuvre littéraire", document, mémoire, qu'il suffit de consulter pour comprendre le niveau de corruption et de réseaux affairistes de tout cela.

Il y a une base de données disponible sur le Net, je dis. Vous possédez un CD Rom de la première plainte, tout y est.
Ce n'est pas ce que je vous demande, dit-elle en secouant son poignet aurifié.
Vous pouvez y accéder, depuis ici. Y trouver les faits, les dates exactes, les pièces de preuves, tout ce que vous me demandez.
Je ne comprends rien, répondez à mes questions c'est tout ce que je vous demande.

Réponse à "la proposition de contrat d'agent commercial" d'Equinoxe :

reponsealainxiclunaboige.png"Nous vous confirmons que nous acceptons la conclusion avec votre société d'un contrat d'agent commercial, pour la région parisienne et la province ainsi que pour les Antilles, avec une rémunération conforme aux usages de la profession. Nous restons dans l'attente de votre proposition définitive".


Proposition de contrat d'agent commercial

| 0 Commentaires | 0 Trackbacks
propositioncontratagentequinoxe.png
"On se connaît un peu de vue maintenant, car Ferrier enseigne également en DEA de droit pénal des affaires, où je suis as- sidu. Il a décidé de m'aider, du moins dans les réponses à mes pro- blèmes de pur droit.
« Dans le courrier, leur : nous envisageons de. . .
-- Purement hypothétique, jette Ferrier.
-- Quoi ?
-- Nous envisageons de. . .. En droit, des formules comme nous envisageons. . . sont purement hypothétiques.
Vous pouvez mettre ce que vous voulez derriére, ça ne vaut rien, ça n'engage à rien.
Ça ne peut pas être une offre dont un des caractères est la fermeté.
L'autre est la précision.
Une offre, c'est ferme et précis.
Ce courrier n'est pas ferme, il ne sert à rien d'imaginer la précision éventuelle qui au demeurant n'existe pas.
L'affaire est close, conclut le professeur d'université. »"


La réponse de Alain Xicluna et Claudine Boige dont le modèle fut dicté pat l'avocat.
Car à  cette époque et avant les études de droit sur les bancs de l'Université, il n'y avait pas de connaissance que révèlent ce chapitre, et suivre les conseils des avocats était la seule piste possible.


Convention Crespeau

| 0 Commentaires | 0 Trackbacks
A faire

Lettre d'intention du 6 août 1992

| 0 Commentaires | 0 Trackbacks
A trouver et à scanner : incomplet

Rapport de l'administrateur Vilanou - 01/12/93

| 0 Commentaires | 0 Trackbacks

Bilan économique et social du 11/08/93

| 0 Commentaires | 0 Trackbacks
Extrait du rapport de Bay, auditeur indépendant  :

Point 1 : diagnostique
Cette entreprise présente deux points forts: des plus values latentes et un déficit fiscal reportable; un point faible, le besoin de capitaux permanents. 

Point 2  : conséquences
Il conviendrait sans doute de regrouper autour du dirigeant actuel, un financier ou un constructeur"

Il manquai les chiffres :
Cette entreprise présente deux points forts: des plus values latentes de plus de 11 millions (en 1991) et un déficit fiscal reportable (de 5 millions sur le holding FIM) .
Un point faible, le besoin de capitaux permanents.