Extrait du Le Tango.

L'équipage du Langoz est composé de Pierrot, Roland et du patron du chalutier. Pierrot est un vrai marin breton. Il a navigué à la pêche, au commerce, sur les minéraliers. Une gueule de hérisson et une barbe de morse. Des yeux rieurs. J'ai appris avec lui quelques recettes. Prendre un seau, des sardines bretonnes bien grasses, tandis que les nôtres, celles de Méditerranée, sont plus petites et plus sèches, mettre du gros sel entre chaque couche et laisser reposer deux jours. Ca vous fait un petit déjeuner de luxe le matin. Je suis pas fine gueule mais la sardine en l'état, marinée au seau de sel, c'est plutôt fort… Pierrot avait eu des coups durs. Un naufrage en hiver à la pêche. On l'avait recueilli au matin, en hypothermie, dans le coma. Il avait fini par s'en sortir, non sans blessures. On a joué nos dates de naufrages au loto du coin. Sept balles qu'on avait à y mettre. Bien sûr, on a gagné. Et on a bu les deux cent cinquante francs avec les copains.C'était pas la grande vie mais sûrement un peu la vraie vie. Roland est un drôle. Un vif du neurone gai.

Ancien bosco de la marine, il monte au filet de toutes les plaisanteries que t'as le tort de lever trop haut. On a ri sur le Langoz comme jamais je n'ai ri. On a ri en continu. On a ri durant tout un mois. Pour crier. Pour exorciser. On a ri. Le Roland Garros de la déconne. Qu'importe le flacon, les rires de dérision sont des rires comme les autres.

La mission s'est terminée sans que l'on ne trouve le trésor tant convoité. Ca ne fait rien. On s'obstinerait.

Jean Louis, très élégamment comme à son habitude, alors que le troc de services devait être la seule monnaie, nous paya notre prestation, dix mille francs.
On n'avait pas eu autant d'argent d'un coup depuis longtemps.
Il aurait fallu les utiliser pour notre confort. Ils seront investis dans un avocat.

Extrait du Le Tango.

     
 
Copyright©2003 Web & Sea, Editions "rosé frais", Web & Law
| plan du site |